UNE FAMILLE JUIVE D’ISRAËL

Pazayac, le 30 juin 2005

UNE FAMILLE JUIVE D’ISRAËL

Il fait mauvais temps, il pleut à fond alors voilà une occasion de plus pour moi Pierrot, de tracer ces quelques pensées qui trottent dans ma tête de petit romanichel.

Depuis quelque temps et je dirai mieux depuis plusieurs siècles, on entend parler de Racisme et même pour nous, gens du voyage, on en subit les retombées !

Mais, il faut bien reconnaître que le peuple qui en subit les conséquences les plus vives, c’est bien les Juifs ou Israéliens et tout cela pour des religions ou des traditions.

Toutes les tueries entre les hommes ont pour motif les religions.

De 1925 à 1945, les Nazis ont persécuté des millions de gens dereligion juive, et même des Tziganes sans religion !

Tous les grands hommes d’Etat de l’époque étaient bien informés. Même les plus hautes autorités religieuses de l’époque étaient également informées. Le Pape de l’époque n’a pas voulu intervenir contre les camps de la mort.

De nos jours encore, on voit une montée inquiétante du Racisme, et tout cela pour un seul but : satisfaire des traditions et des faux enseignements fondés par des religions idolâtres ou extrémistes.

« Et va penser à ça, alors que ça nous crevait les yeux »


-1-

L’une et l’autre sont dans l’erreur car l’enseignement de ces religions idolâtres déclarait et déclare encore que ce sont les Juifs qui ont fait crucifier Jésus et que tout Juif est un traître. Ils n’ont pas compris que le mot Juif n’est qu’une religion.

Tu peux être Français et de religion juive, Russe, Allemand, Américain ou tout autre habitant de la planète qui veut pratiquer cette religion juive/israélien ne veut pas dire obligatoirement que la personne est juive. Ce dernier peut avoir une autre religion.

Tous ces extrémistes de droite pensent bien faire. C’est une tradition pour eux. Ce sont les Juifs qui sont la cause de la crucifixion de Jésus (enseigné par le Clergé). Mais Jésus n’est-il pas né juif ? Les mages ne sont-ils pas venus à sa naissance adorer le Roi des Juifs ?

Marie, pas la mère de Dieu comme certain l’enseigne faussement au catéchisme, mais Marie, mère de Jésus, fiancée de Joseph n’était- elle pas juive et depuis plusieurs générations ? Joseph, le mari était juif pratiquant et c’est pour cela que les évangiles ne parlent jamais de lui.

Joseph et Marie sont bien restés dans leur religion. Juifs, cette situation est très fréquente de nos jours encore : on voit comment un fils qui est Prédicateur (Pasteur) et les parents pas convertis à la doctrine de leur fils : ils restent à leur tradition, à leur religion, ce qui fut le cas de Marie et de Joseph « Penser contratiction pour les catholiques qui la plaçaient comme mère de leur religion ».

Alors, il me reste à moi, humble Pierre Micheletti, à vous faire partager ces quelques miettes sur ce sujet-là, et à vous de choisir entre :

LA BIBLE OU LA TRADITION

Je vais m’efforcer à vous parler de Marie, mère de Jésus à partir seulement d’un plan biblique bien établi.

1. Ce que Dieu a à nous dire au sujet de Marie,
2. Comment les prophètes l’entrevoient,
3. Ce que le Christ lui-même déclare au sujet de Marie,
4. Je me baserai et resterai sur l’enseignement des apôtres à son sujet, 5. Ce que Marie elle-même nous apprend à travers les évangiles.


-2-

Ces cinq points sont tirés de la Bible, seul livre qui peut faire toute la lumière sur Elle, (Marie) sur sa vie, sur sa position et sur sa portée spirituelle.

Je tiens à dire, moi Pierrot, que cette pensée n’a pas pour but de dénigrer ni de rabaisser cette femme juive mais de faire tout simplement la lumière en ce qui la concerne. C’est à cause de l’enseignement faux ou erroné de la tradition qu’elle a été haussée à l’égal de Dieu dans des religions idolâtres voire même supplantant leChrist et son oeuvre salvatrice.

Chaque chrétien comme chaque in-converti a le devoir de savoir ce que la Bible dit d’Elle (Marie).

Je tiens aussi à définir ma position de respect à son égard, mais respect ne veut pas dire vénérer ou adorer.

Je précise cela pour m’éviter de tomber dans le culte de Marie, ceque la Bible interdit formellement.

Comme introduction, je citerai Jérémie 23 : 28 ;

« Que celui qui a entendu ma parole, rapporte fidèlement ma parole ».

Cette modeste pensée ne sera qu’un rapport fidèle des textes bibliques qui feront ou essaieront de faire toute la lumière sur la vie de Marie et de sa position. Ne prenons pas le risque d’être considéré comme des Pharisiens qui annulent la parole de Dieu au profit de leurs traditions. Mathieu 15 : 6 ;

« Vous annulez la parole de Dieu au profit de vos traditions ».

Car en effet, la religion s’est totalement détournée de la parole de Dieu en ce qui concerne la vie de cette mère de famille, Marie. Et la religion a fondé son dogme, non pas sur la parole de Dieu, mais sur latradition faisant ainsi ce que les Ecritures Saintes interdisent tordant le sens des Ecritures pour leur propre ruine. 2 Pierre 3 : 16 ;


-3-

Jérémie, le prophète, l’avait prophétisé

« Vous tordez les paroles du Dieu vivant » Jer.23 : 36 ;

Jésus n’a t-il pas dit :

« Celui qui supprimera le plus petit commandement
sera appelé le plus petit dans le royaume de Dieu » Math. 5 : 19 ;

Jésus est formel lorsqu’il dit : « Le ciel et la terre passeront,

mais ma parole ne passera pas ». Math. 24 : 35 ;
Reste à savoir qu’il y a bien une foi païenne et une foi

chrétienne : la foi basée sur l’idolâtrie est païenne.

Toutefois, il ne faut pas tomber sous les mots solus scriptura(signifie : l’écriture seule) et la Bible ne doit pas devenir la 4ème personne de la trinité « trop de Pasteurs font passer la Bible pour une personne » et nous pouvons constater à l’heure d’aujourd’hui encore que les religions (catholiques) ou autres sont critiques contre le peuple d’Israël et qui soit juif ou non !

Mais c’est pourtant ces derniers, qui ne cessent d’adorer une mère de famille juive dont ils basent toute leur doctrine ? et même à savoir tous les disciples de Jésus ainsi que Pierre, étaient juifs et israéliens.

D’ailleurs, le nom de Jésus en Hébreux (Yeshoua) signifie Sauveur et c’est le nom que Jésus portait sur terre Yeshoua. C’est par la traduction grecque et latine que le nom de Yeshoua est devenu Jésuset son langage était Hébreux et Araméen.

Ils disent en plus que l’apôtre Pierre était le 1er Pape de Rome.Faux. Pierre était juif et marié et père de famille et le 1er des apôtres qui a été à Rome était l’apôtre Paul. En plus, l’apôtre Pierre était avec Jésus à son époque, alors que la religion catholique romaine a été créée en 460 de notre ère, voire près de 500 ans après. Alors, comment aurait-il pu être le 1er Pape catholique romain, alors que la doctrine est totalement opposée ?


-4-

En plus, Jésus a institué le baptême et il a ordonné à ses apôtres de baptiser. Jésus dira dans l’Evangile de Marc, 16-15 : 16 ;

« Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé »
« Jésus fut baptisé par Jean dans le Jourdain » Marc 1 : 9 ;

Le baptême est le privilège d’obéir à Jésus-Christ. En plus, c’est un acte d’obéissance. Je parle assurément du vrai baptême biblique par immersion : pas de l’aspersion pratiquée aux enfants de quelques mois avec quelques gouttelettes d’eau, imposé par leurs parents car l’enfant n’a pas le choix et ne peux pas refuser. Jésus nous montre la portée du verset (celui qui croira) pour croire il faut un âge pour comprendre l’acte. C’est pour cette raison qu’il s’est fait lui-même baptisé à l’âge de trente ans.

Donc pour revenir à Marie, il n’est pas parlé à aucun moment dans les Evangiles d’un baptême de Marie. Il est bien parlé du baptême de Jésus mais pas celui de Marie, preuve qu’elle ne partageait pas l’enseignement que Jésus prêchait. Elle préférait rester dans ses traditions.

Nous verrons à plusieurs reprises dans les Evangiles qu’elle était même remplie d’incrédulités et de doute au sujet de l’oeuvre salvatrice de Jésus. Donc, Marie était de religion juive et elle est restée juive et morte juive et enterrée à même la terre. C’est pour cela qu’il n’y a même aucune trace de son sépulcre sur les terres d’Israël.

Alors, on va au ralenti, tout doucement. Puisqu’il pleut, on va voir simplement quelques notes sur Marie, Mère de Jésus et comparer !

Bible ou tradition
La foi vient de Dieu.
La religion ou tradition vient des hommes


-5-

Et c’est avec raison que Jésus déclare :
« L’écriture ne peut être anéantie » Jean 10 : 35 ;

Devant ce sujet qui divise les croyants, mettant en conflit, la tradition et l’écriture, nous déclarons avec Paul : « Nous ne falsifions pas la Parole de Dieu ». 2 Corinth. 2 : 17 ;

Avant d’entrer dans le vif du sujet, réfléchissons à cet avertissement sérieux et solennel : « Je le déclare, quiconque entend les paroles de la prophétie de ce Livre, si quelqu’un ajoute quelque chose, Dieu le frappera, des fléaux décrits dans ce Livre, et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du Livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de vie et de la ville sainte. Apocalypse 22 : 18 et 19 ;

Annulez la Bible ou en tordre le sens ou la falsifier, c’est tout simplement mettre en avant la tradition humaine et anéantir l’écriture. Les conséquences sont tragiques d’agir ainsi, puisque la Bible prévoit de lourdes conséquences, fléaux, jugement, châtiment et retranchement de la vie éternelle que Dieu réserve à ceux qui annulent l’enseignement biblique au profit de leurs traditions.

Cette parole du Christ est vivante et éternelle, actuelle pour nos jours et c’est sur Elle que nous fondons notre enseignement :

« Ta parole est la vérité » Jean 17 : 17 ;
Oui, « La Parole de Dieu est vivante et efficace » Hébr. 4 : 12 ;

La question qui se pose le plus souvent : pourquoi elle Marie ?Pourquoi c’est elle qui a été choisie parmi toutes les femmes de son époque ? C’est très simplement parce que Joseph, son fiancé, était de la descendance du Roi David : David qui a été appelé l’homme selon le cœur de Dieu. En plus, il faut savoir qu’à cette époque, toute la multitude des peuples qui vivaient sur la terre et sur toutes les latitudes, tous ces peuples de toute couleur de peau étaient tous devenus idolâtres, avec chacun plusieurs divinités, faisant même des sacrifices humains.


-6-

Alors que depuis la création du monde, le peuple hébreux était resté fidèle au seul et unique et vrai Dieu : seul le peuple hébreux était encore fidèle (monothéisme), donc le choix de Dieu ne pouvait que se poser sur une femme hébreux du peuple d’Israël : elle a été choisi, pas spécialement pour son mérite, mais il ne pouvait pas en avoir plusieurs.

Marie est même (mise en cause) selon la déclaration de Dieu lui- même en Genèse 3.15 « Je mettrai inimitie » (a la même racine grecque qu’ « ennemi » entre toi et la femme, entre sa descendance et ta postérité).

Essaï confirmera au chapitre 7, verset 14 :
« La vierge, c’est-à-dire la jeune fille, deviendra enceinte

et elle enfantera un fils ».

Paul confirme en Galates 4.4 :
« Dieu a envoyé son fils, né d’une femme »

mais sans le concours de l’homme et « né sous la loi juif ».

D’après les prophètes bibliques, la femme qui mettra au monde leMessie sauveur ne sera que le moyen, alors que le Messie seral’objet, la raison, le centre du plan divin.

INTRODUCTION A LA PENSEE DU PETIT GITAN

La première allusion concernant le Christ, Messie, descendant de la postérité de la femme précisant ainsi : Christ né de la femme (d’une manière cachée, la mère du Christ : Marie est mise en cause) selon la déclaration de Dieu lui-même en Genèse 3 : 15 ; « Je mettrai inimitiéentre toi et la femme, entre sa descendance et ta postérité ».

Par cette annonce faite par Dieu lui-même, le dessein de Dieu est présenté, le Messie naîtra d’une femme. Essaïe le prophète va plus loin dans la confirmation prophétique en précisant au chapitre 7 verset 14, voici « La vierge (c’est-à-dire, la jeune fille) deviendra enceinte et elle enfantera un fils ».

Deux précisions ressortent de ce texte :
1°) L’enfant sera conçu sans l’intervention de l’homme. 2°) Précision du texte : « Un fils nous est donné ».


-7-

Mettant de côté, toutes prétentions de médiation de Marie entre Dieu et les hommes.

Confirmation supplémentaire de Matth. 1 : 23 ;

Donc, prophétiquement parlant, le Messie Sauveur naîtrait de la femme. Cette femme sera une vierge qui n’aura pas connu d’homme pour la naissance du Seigneur Jésus.

C’est donc la dispensation de la loi (l’époque se précise) que devra naître d’une femme le Messie. Essaïe 9 : 5 ; parle d’une naissance et bien sûr, c’est celle du Messie lorsqu’il dit : « Car un enfant nous est néUN FILS NOUS EST DONNE » et toute la suite du verset, parle de l’oeuvre du Messie Rédempteur.

Deux prophéties mettent en cause la mère du Messie et même ses frères.

Psaume 50 : 20 ;

« Tu t’assieds et tu parles contre ton frère (mettant en cause les fils de Marie) tu diffames le fils de ta mère ».

Il est à préciser qu’il est question du fils de ta mère et non pas de ton père, sous entendu que les frères de Jésus étaient frères par la mère uniquement. Au Psaume 69 : 9 ; C’est le Christ prophétiquement qui parle en disant :

« Je suis devenu un étranger pour mes frères, un inconnu pour les fils (remarquez le pluriel) de ma mère ».

Car en effet, comme le souligneront plus loin, Matthieu et Marc, Jésus eut quatre frères, fils de Marie et de Joseph ainsi que des soeurs dont voici les noms : Jacques, Joseph, Simon et Jude ne sont-ils pas ses frères ? Matth. 13 : 55 et Marc 6 : 3;

Mais, revenons à nos 2 psaumes et surtout au verset 10 du psaume 69, comme pour préciser, officialiser que c’est bien le Christ, prophétiquement qui parle. Le verset 10 déclare : « car le zèle de ta maison me dévore ». Cette parole, l’apôtre Jean l’a reprendra dans son évangile et l’appliquera au Seigneur Jésus lui-même. Jean 2 : 17 ;

Ces deux psaumes cités, mettent en cause, l’hostilité des frères de Jésus à son égard. C’est ce que nous apprend Jean 7 : 5 ; confirmant ainsi la déclaration du psaume. « Car ses frères non plus ne croyaient pas en Lui » et ils poussèrent à son égard leurs diffamations selon l’expression du psaume en disant sur Jésus : « il est hors de sens » Marc 3 : 21 ; Prophétiquement parlant, le Christ reste bien un étranger pour ses frères (dans la chair) et un inconnu pour les fils de sa mère. Allant jusqu’à le diffamer et le mépriser.

L’évangile nous autorise à affirmer que chaque fois qu’il est question de Marie, ce n’est pas pour parler d’elle particulièrement ou la mettre en avant, mais du rôle et du privilège qu’elle reçut de Dieu d’être choisie par pure grâce divine et non pas par quelques qualités spéciales et personnelles, de mettre au monde le Messie Rédempteur et Sauveur, par la vertu (c’est-à-dire la force) du Saint-Esprit de Dieu.

Matthieu 1 : 18 ; « Marie sa mère… se trouva enceinte par la vertu du Saint-Esprit ». Le verset 20 apporte une confirmation, l’enfant qu’elle a conçu vient du Saint-Esprit. Luc 1 : 35 ; précise, le Saint-Esprit viendra sur toi et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre, c’est pourquoi, le Saint enfant qui naîtra, sera appelé Fils de Dieu.

DIEU ET LES PROPHÈTES

Pour Dieu et les prophètes, l’importance ce n’est pas la mère,mais l’enfant qu’elle porte en son sein. Qui comme le confirmera Gabriel Luc 1 : 28 ; « Je te salue, toi à qui une grâce a été faite. Le fait d’être choisie pour cette haute mission n’est que pure grâce de Dieu pour elle.

Marie elle-même le confirmera dans son cantique Luc 1 : 46 ; « Mon âme exalte le Seigneur et mon esprit se réjouit en Dieu mon Sauveur »

« Parce qu’il a fixé les veux sur la bassesse de sa servante, le tout puissant a fait pour moi de grandes choses ».

Marie n’a aucune prétention particulière, elle ne reconnaît dans ce choix, qu’elle devient que faveur et grâce de Dieu à son égard et plutôt que de s’enorgueillir elle s’humilie en se reconnaissant la simple servante du Seigneur. « Qu’il me soit fait dit-elle selon la parole du Seigneur ». Luc 1 : 38 ;


-9-

BERGERS ET MAGES

Lorsque les bergers écoutèrent la voix des anges, c’était pour leur annoncer la nouvelle de la naissance du Sauveur et non pas de la présence de Marie. Luc 2 : 8 à 14 ; leur annonce est précise, « il vous est né un Sauveur » Marie n’est pas citée dans ce texte comme ayant quelque importance, mais reste comme toute autre femme, l’instrument de la naissance.

Lorsque les mages dirigés par l’étoile à la recherche de l’Enfant- Roi, ils firent cette déclaration : « Où est le Roi des Juifs qui vient de naître » ? Matt. 2 : 2 ; Ils n’ont pas demandé où était Marie, car ce n’est pas pour elle qu’ils firent ce grand voyage depuis l’orient, mais pour le Roi des Juifs, c’est-à-dire, Jésus. Ils précisèrent la raison de leur venue « Nous sommes venus pour l’adorer ». Jésus et non pas Marie. Le verset 11 précise lorsqu’ils virent le petit enfant ils lui offrirent de l’or, l’encens et la myrrhe en se prosternant devant Lui (Jésus).

Résumé

Ils n’ont pas fait ce long voyage pour rencontrer Marie, et ils n’ont pas offert l’or, l’encens et la myrrhe à Marie. Tous leurs gestes furent pour Jésus.

DÉCLARATION DU CHRIST

En Luc 11 : 27 ; Une certaine femme éleva la voix du milieu de la foule pour faire l’éloge de Marie. Si Jésus aurait été consentant et d’accord avec la déclaration de cette femme, il aurait certainement saisi l’occasion pour officialiser, car la femme disait « Heureux le sein qui t’a porté, les mamelles qui t’ont allaité » et la réponse que Jésus donne est significative « Heureux plutôt (dit-il) ceux qui écoutent la Parole de Dieu et qui la garde ».

Donc, selon Jésus, sont heureux non pas ceux qui louent Marie et qui l’exaltent, mais ceux qui écoutent la Parole de Dieu et qui la gardent et dans la bouche de Jésus cette déclaration est officielle, dans le but d’être mise en pratique.

Il est logique que si Marie aurait du être exaltée et louée, Jésus aurait saisi l’occasion en cette circonstance pour le confirmer. Mais sa parole prouve le contraire. De toute façon, l’écriture est formelle, jamais Marie n’a cherchée à attirer les regards sur elle de qui que ce soit. N’a demandé qu’on l’invoque, au contraire, elle s’est plutôt tenue dans l’ombre et n’a servi qu’à donner naissance à son fils. S’humilier pour la grâce qu’il lui a été faite et glorifier et honorer son fils en attirant sur lui les regards.

Si quelque pouvoir spécial lui aurait été conféré, c’était une occasion pour elle de le prouver aux noces de Cana. Jean 2 : 3 ; Le verset 5 prouve d’une façon majestueuse son humilité et 1’obéissance qu’elle doit à son fils.

« Faites tout ce qu’il vous dira ».

Voilà le conseil que nous pouvons recevoir d’elle et qui mérite encore de nos jours d’être mis en pratique, car en effet c’est Jésus qui doit nous dire ce que nous devons faire en nous donnant des ordres et non Marie. L’exemple de cette histoire le prouve.

ENSEIGNEMENTS APOSTOLIQUES

Car en effet, tout ce qui a été dit ou écrit sur Marie concernant sa position de médiatrice et salvatrice n’est pas tiré de la Bible, enseignement du Christ et de ses apôtres, mais de la tradition humaineet catholique. Paul le confirme en disant : « Il y a un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme » 1 Tim. 2 : 5 ; Pierre précise : « Il y a un seul nom qui a été donné aux hommes par lequel nous puissions être sauvés (Jésus-Christ) ». Actes 4 : 12 ;

Jésus lui-même apportera cette haute affirmation : « Nul ne vient au Père que par moi ». Jean 14 : 6 ; L’apôtre Jean devant ces déc1arations précise : « Nous avons un avocat (et non une avocate) auprès du Père, Jésus-Christ ». 1 Jean 2 : 1 ;

Pas étonnante, cette déclaration de Paul qui résume toutes les déclarations de Christ et des apôtres : « Je ne veux savoir parmi vous aucune autre chose que Jésus-Christ, Jésus-Christ crucifié ».
1 Cor. 2 : 2 ;

CE QUE DIT MARIE

Examinons maintenant le langage et les déclarations de Marie contenues dans la Bible et voyons si cela nous permet de lui rendre un culte à partir de ses propres déclarations.


– 11 –

  1. 1)  Luc1:34;

    « Comment cela se fera-t-il puisque je ne connais point d’homme ».

    Nous pouvons ainsi réaliser sa position humaine et sa limite de compréhension qui l’a rend perplexe devant la déclaration de l’ange. Elle n’a aucune puissance personnelle pour percer le mystère divin.

  2. 2)  Luc1:38;

    « Je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon sa Parole ».

    Nous faisant découvrir sa simplicité et son obéissance de jeune fille vierge qui dit oui à Dieu tout simplement.

  3. 3)  Luc 1 46 à 55 ; Puis vient son cantique, dont nous en tirerons quelques extraits simplement.
    1. a)  « Mon âme exalte le Seigneur et mon esprit se réjouit en Dieu mon Sauveur ».

      Par cette déclaration, elle-même prouve son besoin du Sauveur, donc son besoin d’être sauvée, car pas besoin d’un sauveur si l’on n’a pas besoin d’être sauvé.

    2. b)  « Parce qu’il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante ».

      Ce n’est pas Marie qui s’est élevée en dignité, mais ce sont les hommes qui par leurs traditions et leurs dogmes l’ont élevée. Alors comme nous le remarquons, elle se considère comme une basse servante.

    3. c)  « Toutes les générations me diront bienheureuse »

      (la raison, parce que le Tout-Puissant a fait pour moi de grandes choses). Elle se considère comme ayant reçue une grâce spécialeet non pas comme ayant un mérite spécial.

    4. d)  « Il s’est souvenu de sa miséricorde, comme il l’avait dit envers nos pères Abraham ».

      Elle réalise qu’elle est la continuité de la postérité d’Abraham, de laquelle descendra le Messie et qu’elle n’est pas une exception particulière, elle prend conscience par cette déclaration qu’à travers elle, elle est l’aboutissement et devient le moyen de 4.000 ans de prophéties en mettant au monde le Sauveur.

 


– 12 –

4) « Mon enfant pourquoi as-tu agi de la sorte envers nous ? Voici ton père (Joseph) et moi nous te cherchions avec angoisse ».
Luc 2 : 48;

St Marie aurait été divine comme la religion le prétend, elle n’aurait pas cherché Jésus pendant 3 jours. Car le divin connaît tout etsait tout.
Et de plus, elle n’aurait pas été angoissée, car dans la divinité il n’y a aucun trouble.

Le verset 50 est significatif, Marie et Joseph ne comprirent pas ce que Jésus disait, pourtant ce n’était pas compliqué. Il disait : « Il faut que je m’occupe des affaires de mon Père » et Marie ne comprit pas cela. C’est le texte qui le dit. Officialisant ainsi la position purement humaine et non divine de Marie, avec même une limitation dans la compréhension humaine. Ce n’est pas là une accusation, mais une constatation.

􏰄 « Ils n’ont plus de vin » «Faitestoutcequ’Ilvousdira» Jean2:3à5

Mettant en cause son incapacité miraculeuse et sa soumission à son fils.

Selon la traduction français courant dite oecuménique de Jean 2 : 4 ; « Mère, est-ce à toi de me dire ce que j’ai à faire ? » (prouvant ainsi que Marie n’avait aucun pouvoir et ne pouvait donner aucun ordre à Jésus). Ni à personne d’ailleurs.

Voilà résumé les cinq occasions différentes où Marie prend la parole dans la Bible et chaque fois il en ressort, une limite, une faiblesse, une incapacité, une incompréhension. Ces déclarations mêmes sont pour nous une preuve biblique qu’à travers ce langage, elle-même ne réclame aucun culte, aucune adoration et ne se prétend nullement être médiatrice et salvatrice entre Dieu et les pécheurs.
Place qu’elle-même reconnaîtra à son fils.

TRADITIONS HUMAINES

Une question vous est posée, sur quoi se base la religion catholique dans le culte qu’elle lui rend et à la place qu’elle la met à l’égale de Dieu.

Certainement pas dans la Bible, comme nous venons de le voir, mais se basant uniquement sur la tradition des hommes. Jésus avait raison de dire aux hommes de son temps, comme il pourrait le dire aujourd’hui aux hommes religieux :


– 13 –

« Vous annulez la parole de Dieu au profit de votre tradition ». Matth. 15 : 6 ;

A plusieurs reprises, Marie ainsi que les frères de Jésus seront cités, mais ne prendrons plus la parole.

Nous voyons Marie accompagnée de ses enfants. Nous la voyons encore au calvaire, entourée de femmes et de gens, mais elle ne dit rien. Et pour la dernière fois, nous la revoyons dans la chambre haute, mélangée aux 120 disciples, persévérant dans la prière, recevant le Saint-Esprit comme les autres. Actes 1 : 14 ; et ensuite la Bible fait silence complet sur elle. Elle ne sera plus jamais citée.

Pourtant Jean l’a recueilli et dans aucune de ses épîtres ou de l’apocalypse il ne parlera d’elle, car elle ne s’est pas détachée de la pensée juive.

Mais ce qui est plus surprenant encore, même ses garçons, car sur se’ quatre garçons nommés dans la Bible, deux écriront des épîtres dans le Nouveau Testament, il s’agit de Jacques et de Jude. Mais, aucun d’eux ne cite leur mère lui accordant une place spéciale ou un privilège quelconque.

Pourtant l’épître de Jacques fut écrite entre 40 et 50 de notre ère et celle de Jude entre 65 et 70 et déjà à partir de ces dates, il ne fut plus question d’elle, car elle a été bornée sur le judaïsme, elle ne fut jamais convertie.

Alors d’où viennent toutes les sources de renseignements, car c’est aux environs de 40 de notre ère que pour la dernière fois la Bible parle d’elle.

Non, ce n’est pas la Bible, mais c’est la tradition qui a fait d’elle ce que l’Eglise catholique déclare, fondant ainsi un de ces plus grands dogmes de l’Eglise et sur aucun texte biblique, ni sur aucune déclaration de Dieu et du Christ et en dehors de tout enseignement des apôtres. Attention à cette parole de l’Apocalypse « Malheur à celui qui ajoute » Apoc. 22 : 18 ; Non, seulement l’Eglise Catholique a retranché le dogme biblique, mais comme nous le constatons elle a aussi ajouté. Ceci peut être vérifiée dans les archives du Vatican. Marie est et reste juive.


– 14 –

TRADITION DE L’EGLISE CATHOLIQUE

Le culte de la Vierge fut institué en 450 de notre ère. Auparavant on ne lui rendait aucun culte.

L’immaculée conception fut officialisée par l’Eglise catholique en 1854. L’enseignement catholique continue d’officialiser le dogme de l’immaculée conception alors que la Bible démontre le contraire comme nous le verrons par la suite. Marie n’a jamais partagé l’idée chrétienne ; elle est restée à jamais juive.

C’est en 1950 que fut institué le dogme de l’assomption de Marie, devenant ainsi médiatrice pour les hommes.

Non seulement la Bible refuse ces dires, car nous ne savons même pas, par l’écriture qu’elle fut sa fin et sa mort. Ainsi silence total et complet est imposé par l’Ecriture à son sujet.

Quant à être médiatrice, l’objet de cette assomption, nous récitons comme vérité fondamentale :

« Un seul médiateur entre Dieu et les hommes JESUS-CHRIST HOMME ».

« Un seul NOM par lequel nous puissions être sauvés ». « Un seul AVOCAT qui plaide pour nous auprès du Père ».

Qui pourrait contredire les paroles de Jésus :

« Nul ne vient au père si ce n’est que par moi ».Ainsi est mis devant nous aujourd’hui :

La tradition ou la Bible, cette dernière étant la parole vivante et inspirée de Dieu.

PENSEES CONTRADICTOIRES

Si les hommes ont beaucoup dit sur Marie ? l’Evangile dit le contraire. Il semble même que Marie était avare de paroles et quelle parlait très peu.
Luc 2 verset 19 et 51 ; Marie gardait toutes ces choses et les repassait dans son coeur.


– 15 –

FILS DE MARIE ou FRERES DE JESUS

Nous arrivons maintenant au paragraphe parlant des frères de Jésus, fils de Marie. Mais, nous nous trouvons dans l’obligation, afin d’apporter une certitude basée sur l’écriture biblique de faire ces précisions. Matthieu 1 :18 ;

PREUVES BIBLIQUES DANS LES DIFFERENTES TRADUCTIONS CATHOLIQUES

Marie sa mère…. se trouva enceinte par la vertu du Saint-Esprit AVANT QU’ILS AIENT HABITES ENSEMBLE ou VECUS ENSEMBLE (traduction français courant œcuménique). La version catholique dite des Moines de Maredsous présente le verset de la manière suivante : « Avant leur union, elle se trouva enceinte ».

La version Pierre de Beaumont, traduction catholique officialisée par l’Institut pontifical de Rome présente le verset de la manière suivante :

« Elle (Marie) n’habitait pas encore avec Lui (Joseph) quand par l’intervention du Saint-Esprit, elle se trouva enceinte ».
Ce verset prouve bien qu’après la naissance du Seigneur, Joseph et Marie firent vie commune et fondèrent un foyer en s’unissant l’un à l’autre.
Ce qui est tout naturel et ne diminue en rien Marie, puisque le mariage est une institution divine. C’est Dieu qui amena la femme chez l’homme. Genèse 2 : 22 et 24 ;

PRECISIONS SUR LE TEXTE BIBLIQUE

Mais le verset 25 de l’Evangile de Matthieu au chapitre premier est beaucoup plus significatif. (Joseph) Il ne l’a connut point JUSQU’A CE QU’ELLE AIT ENFANTE UN FILS (Jésus). Ce verset veut dire ce qu’il veut dire.

La version de l’Abbé Crampond et celle du Chanoine Osty qui sont des versions catholiques tiennent le même langage, ainsi que la version TOB dite oecuménique.

Note de la version française courant (oecuménique) de Matth. 1 : 25 ; « Mais, il (Joseph) n’eut pas de relations avec elle (Marie) JUSQU’A CE QU’ELLE AIT MIS AU MONDE SON FILS QUE JOSEPH APPELA JESUS ».


– 16 –

Confirmation biblique du mot connaître une femme. Gen. 4 : 17 ; « Caïn connut sa femme, elle conçut et enfanta Hénoc ».
Juges 19 : 25 ; Ils l’a connurent et abusèrent d’elle toute la nuit.

Textes complémentaires à lire : Gen. 19 : 8 ; 24 : 16 ; 38 : 26 ;

Juges 11: 39 ;

Tous ces textes ont le même sens cité à l’encontre de Marie. Luc 1: 34 ; Confirmant ainsi le texte initial de Matthieu 1 : 25 ;

JESUS FILS UNIQUE DE DIEU MAIS PREMIER NE DE MARIE

Néanmoins Lue 2 : 7 ; est encore plus significatif.

Le temps où Marie devait accoucher arriva et elle enfanta SON FILS PREMIER NE.

Le premier dictionnaire venu vous dira ce qu’est un premier né dans une famille.

Une famille se décompose de la façon suivante :

– l’aîné (ou le premier né)
– le cadet et les suivants.
et pour le dernier : le benjamin.

La traduction hébraïque dite de Chouraqui dit ceci : « Elle enfante son fils, SON AÎNÉ ».

Pourquoi les évangiles et Luc en particulier emploie le mot « premier né » pour désigner Jésus. La raison est simple et claire puisque l’introduction de son évangile est précise. Luc 1 : 3 et 4 ; « C’est après avoir fait des recherches exactes sur toutes ces choses depuis leur origine, de te les exposer par écrit…afin que tu reconnaisses la certitude des enseignements que tu as reçus ».

Et si Luc emploie le mot premier-né pour désigner Jésus, c’est en priorité parce qu’il a écrit son évangile de la façon citée, entre 55 et 60 de notre ère, et qu’à cette époque la famille de Joseph et de Marie était au complet avec les frères et soeurs de Jésus. Voilà pourquoi cette précision de Luc : Jésus premier-né de Marie.

L’écriture est formelle, Jésus a eu des frères au nombre de quatre ainsi que des soeurs.


– 17 –

Les bibles catholiques de l’Abbé Crampond, des Moines de Maredsous, de Jérusalem et de Pierre de Beaumont tiennent toutes le même langage. La version oecuménique TOB précise : « Elle accoucha de son fils premier-né ».

Mais c’est la version Chanoine Osty qui est la plus précise : « Elle enfanta son fils LE PREMIER NÉ ». Remarquez l’article LE qui précise que Jésus est le premier d’une famille.
La version française courant oecuménique : « Elle mit au monde, un filsSON PREMIER NÉ ».

CONFIRMATION DE L’ECRITURE

page18image3947636000page18image3947636256

Genèse49:3; Josué 17 : 1 ;

2 Sam. 3 : 2 ;

Ruben toi, mon premier-né, il eut onze frères après Manassé était le premier-né de Joseph, il avait un seul frère derrière lui Ephraïm.
Il naquit à David des fils à Hébron. Son premier-né fut Amnom.

Ainsi la Bible précise que d’être le premier-né, c’est bien d’avoir des frères derrière soi.

Car la Bible fait bien la différence entre fils unique et premier-né. Jésus est en effet, selon plusieurs versions de la Bible et nous ne

citerons Jean 3 : 16 ; « LE FILS UNIQUE DE DIEU ».
Jean 1 : 14 ; « …nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la

gloire du Fils unique venu du Père ».

Jean 4 : 9 ; « …Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde… »
Autre exemple de la Bible, concernant le fils unique Juges 11 : 34 ; C’était son unique enfant, impossible de se méprendre. Surtout le texte de Luc 7 : 12 ; « On portait en terre, un mort, fils unique de sa

mère.

Mais si Jésus est le Fils unique de Dieu, ce n’est pas le cas pour Marie, car pour elle comme nous l’avons constaté, IL EST SON PREMIER NÉ. Luc 2 : 7 ;

Luc 2 : 23 ; confirme le rôle de premier-né de Jésus en ces termes « Tout garçon premier-né sera consacré au Seigneur » ce qui fut le cas pour Jésus lorsqu’il fut présenté au Temple.

Toutes les versions catholiques prouvent et certifient ce qui précède.

page18image3947747968

– 18 –

REMARQUES GÉNÉRALES DE LA NATURE PUREMENT HUMAINE DE MARIE.

C’est pour obéir à l’ordre du Seigneur selon Exode 13 : 2 ; concernant la présentation de premier-né et selon Luc 2 : 21 et 22 ; se rapportant à Lév. 12 : 1 à 4 ; Marie comme toutes les autres femmes en couches, connurent la souillure et durent attendre 40 jours, malgré qu’elle donne la naissance à Jésus, pour attendre sa purification. Preuve de sa nature purement humaine, avant, pendant et après la naissance de Jésus.

DIFFERENCES ET CONFIRMATIONS.

Textes bibliques à lire et méditer, comme quoi la Bible ne mélange pas tout, mais différencie bien les choses.


Fils unique Premier-né Cadet Benjamin

Juges 11 : 34 ; Luc 7 : 12 ; Jean 3 : 16 ;
Genèse 49 : 3 ; Josué 17 : 1 ; Sam. 3 : 2 ;
Genèse 48: 19 ; Genèse 29: 26 ; Juges 1: 13; Genèse 42 : 13 ; Psaumes 68 : 28 ;

page19image4050696192

PRÉSENTATION DE LA FAMILLE HUMAINE DE JÉSUS

Arrivons au coeur du sujet concernant les frères de Jésus.

Matth. 13 : 55 ; « N’est-ce pas le fils du charpentier ? » « N’est-ce pas Marie qui est sa mère ? »

« Jacques, Joseph, Simon et Jude ne sont-ils pas ses frères et ses soeurs ne sont-elles pas toutes parmi nous ? “

Marc 6 : 3 ; déclare la même chose.

Note

Comme pour bien faire ressortir et mettre en évidence les liens familiaux chaque fois qu’il est question dans les évangiles des frères de Jésus, ils sont toujours mentionnés avec leur mère, Il n’y a pas d’équivoque possible.

page19image4050746064page19image4050746320page19image4050746640page19image4050746896

– 19 –

FRERE ou COUSIN ?

Mais, plusieurs objecteront, oui mais du temps biblique, frère voulait dire cousin. Mais soeurs alors voudraient-elles dire cousines ? Bien sûr que non.

Précisions bibliques de la traduction Parole Vivante de Alfred KUEN

Luc 1 : 36 ; « D’ailleurs, ta cousine Elisabeth… » Gabriel ne dit pas à Marie « Ta soeur Elisabeth, mais ta cousine… »

Comme frère ne veut pas dire cousin non plus.
La Bible le précise : Elisabeth la mère de Jean-Baptiste était parente (cousine de Marie) Luc 1 : 36 ; elle n’est jamais appelée soeur de Marie et pourtant elles étaient cousines, ce qui veut dire aussi que Jean- Baptiste et Jésus étaient des petits cousins de par leur mère, jamais la Bible les appellent frères. Si frère veut dire cousin, pourquoi Elisabeth et Marie ne s’appellent-elles pas soeurs et pourquoi Jésus et Jean- Baptiste ne s’appellent-ils pas frères, parce que dans la Bible, frère veut dire frère et cousin veut dire cousin.
Exemple Matth. 4 : 21 ; « Ils virent deux autres frères, Jacques fils de Zébédée et Jean son frère ». Pourquoi alors ne pas dire ces deux cousins ?

Même exemple pour Matth. 10 : 2 ; et 4 : 18 ;
Il vit deux frères Simon appelé Pierre et André son frère. La logique accepte sans commentaire que ce sont des frères, fils de la chair et non pas cousins.

Galates 1 : 19 ; Mais, je ne vis aucun autre des apôtres, si ce n’est Jacques le frère du Seigneur, car nous savons en effet que le second frère du Seigneur s’appelait Jacques.
Marc 6 : 3 ; Alors pourquoi accepter que dans les deux premiers cas, à l’encontre de Jacques et de Jean ou d’André et de Pierre que le mot frère, fils de la chair soit retenu comme tel et que en Galates 1 : 19 ; le mot frère du Seigneur en parlant de Jacques deviendrait cousin. Agir ainsi serait de la mauvaise foi.

PREUVES BIBLIQUES
Mais la Bible a prévu à toute éventualité, étant inspirée par le

Saint-Esprit 2 Timothée 3 : 16 ;
Si le mot cousin n’existerait pas dans la Bible, alors nous

pourrions le confondre avec le mot frère, mais ce n’est pas le cas, car le


– 20 –

mot cousin existe bel et bien dans l’écriture, tant dans l’Ancien Testament que dans le Nouveau Testament.
Le mot existait avant Jésus, pendant la vie de Jésus et après Jésus, donc impossible de les confondre.

Exemple : Jérémie 32 : 10 ;

« Hanameel, fils de mon oncle, mon cousin vint auprès de moi ».

Vérifiez les versions catholiques Pierre de Beaumont, l’Abbé Crampond et Chanoine Osty qui certifieront ainsi que la version oecuménique TOB.

Si le mot cousin n’aurait pas existé, on aurait pu si méprendre, même dans le livre apocryphe purement catholique TOBIE 9 : 6 ; le mot cousin est cité. Pourquoi les catholiques confondent-ils les mots cousin et frère ? Puisque la Bible fait la différence.

Colossiens 4 : 10 ; Ce verset est lourd de conséquences pour ceux qui veulent tordre le sens des écritures ou falsifier les textes. Ceux qui le font, le feront à leur ruine dit la Bible. 2 Pierre.

Alors revenons à Colossiens 4 :10 ; « Marc le cousin de Barnabas vous salue ». Il n’est pas dit frère, mais cousin, comme en Galates 1 : il n’est pas dit cousin mais frère.
La traduction du français courant oecuménique dit : « Je n’ai vu aucun autre apôtre, mais seulement Jacques LE FRERE DU SEIGNEUR ».

Vérifions I Corinth. 9 : 5 ; « N’avons-nous pas le droit de mener avec nous une soeur qui soit notre femme, comme font les autres apôtres et les frères du Seigneur et Céphas. Les frères du Seigneur entre les apôtres et Céphas (Pierre) comme pour bien insister qu’il s’agit des fils de Marie qui d’après le texte étaient mariés à l’exemple de Pierre.

GÉNÉRALITÉS

Terminons par ces remarques, non pas pour avilir qui ce soit ou jeter un discrédit, mais uniquement par conscience de la vérité et de l’enseignement biblique.

page21image4051238608

Marc 3 : 31 ; Verset 32.

Luc 8 : 19 ;

« Survinrent sa mère et ses frères
« Voici ta mère et tes frères sont dehors et te

demandent »
« La mère et les frères de Jésus vinrent le trouver »

page21image4051256416page21image4051256672page21image4051256992

– 21 –

Verset 20 « On lui dit ta mère et tes frères sont dehors et désirent te voir ».

Matth. 12 : 46 à 49 ; « Voici sa mère et ses frères qui étaient dehors, cherchèrent à lui parler.

Jean 2 : 12 ; Après cela, Il descendit à Capernaüm avec sa mère (Marie) et ses frères (Jacques, Joseph, Simon et Jude) et ses disciples. Voir la liste dans l’évangile de Matthieu 10 : 2 ;
L’Evangile distingue en cette circonstance, les frères de Jésus desdisciples de Jésus.

Il est question de trois personnes dénommées Jacques dans le Nouveau Testament, la Bible les distingue nettement les uns des autres.

APÔTRE JACQUES, L’UN DES DOUZE

1) Jacques, fils de Zébédée, chaque fois qu’il est question de lui, il est présenté sous le vocable frère de Jean. Matth. 15:21; Marc 10:41; Luc 5:9 ; Actes 12:2 ;

JACQUES, Fils d’ALPHEE, AUSSI AU NOMBRE DES DOUZE

2) Quatre fois le Nouveau Testament parle de lui et pour bien le distinguer des autres, le nom de son père est toujours cité : fils d’Alphée
Matth. 10 : 3 ; Marc 3 : 18; Luc 6 : 15 ; Actes 1 : 13 ;

JACQUES, FRERE DE JESUS

3) Il est appelé par son nom ou frère de Jésus ou du Seigneur.
Matth. 13 : 55 ; Marc 6 : 3 ; Actes 12 : 17 ; 15 : 13 ; 21 : 18 : 1 ; Corinth. 15 : 7 ;
Ce dernier texte est tout particulier puisqu’il relate la vision de Jésus, ce qui provoqua sa conversion. Gal. 1 : 19 ; Jac. 1: 1;

A l’aide de ces précisions pas de confusion possible, ce dernier est bien le frère de Jésus, fils de Marie et de Joseph.


– 22 –

CONCLUSION

Lorsque Elisabeth voit venir Marie, sa déclaration est toute significative. «Quel honneur pour moi, voici la mère de MON SEIGNEUR » à qui Elisabeth donne-t-elle de l’importance. D’après le texte, à la mère ou à l’enfant ? C’est le Seigneur qui prend toute la place, même avant sa naissance. Luc 1 : 43 ;

Même remarque pour Zacharie : « Loué soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, car Il est venu visiter et libérer son peuple, car il a fait naître parmi les descendants du roi David, UN PUISSANT LIBERATEUR LE SAUVEUR » Luc 1 : 68 à 71 ;

Ce n’est qu’au verset 76 que Zacharie parlera seulement de son fils Jean-Baptiste, qui préparera le chemin du Seigneur.

Ce Couple fut le premier à rendre hommage au Seigneur et non à Marie.

Selon Luc 2 : 11 ; Quelle a été la proclamation des anges aux bergers, non à Marie, mais ils précisent : « Il vous est né UN SAUVEUR ». Le verset 12 déclare « vous trouverez un enfant/emmailloté et couché dans une crèche ». Pourtant Marie est là, mais les anges n’ont rien à dire sur elle.

Lorsque les bergers vinrent à la crèche, sur qui portaient-ils leurs regards ? Le texte de Luc 2: 17; dit : «Quand ils le virent, c’est le Sauveur qui est mis en évidence et non Marie ». Ils parlèrent à tous de l’enfant Jésus et non de Marie. Il en est de même pour les mages. « Où est le Roi des juifs ? » Matth. 2 : 2 ; Nous sommes venus l’adorer. C’est l’enfant qu’ils cherchent, c’est à Lui qu’ils donnent leurs trésors.

Même la décision du roi Hérode doit nous ouvrir les yeux. « Prenez des renseignements sur l’enfant… » et non sur la mère.

JESUS EST TOUJOURS MIS EN EVIDENCE

Et ainsi la liste peut s’allonger de multiples exemples bibliques mettant de côté la mère pour ne présenter que l’enfant Jésus. Car, en effet, du berceau â la Croix, du tombeau vide à l’Ascension, un SEUL NOM, UN SEUL MESSAGE, UN SEUL SAUVEUR, UNE SEULE ESPERANCE.

JESUS

Rien que Jésus et toujours Jésus.

page23image4051729440page23image4051729696page23image4051729952page23image4051730208page23image4051730528

– 23 –

Car c’est Lui qui sauvera son peuple de ses péchés. Matth. 1 : 21 ;
Trois fois, Dieu le Père a parlé dans le Nouveau Testament où sa voix se fit entendre. Si Marie, comme le prétend l’Eglise catholique romaine, aurait une importance dans l’oeuvre salvatrice ou médiatrice, Dieu n’aurait-il pas saisi l’occasion de le proclamer ? Vérifions ces paroles :

1) Au baptême de Jésus

« Une voix se fit entendre du ciel, Celui-ci (Jésus) est mon Fils Bien- Aimé en qui j’ai mis toute mon affection ». Matth. 3 : 17 ;

2) A la transfiguration

Une voix fit entendre ses paroles « Celui-ci est mon Fils Elu, Ecoutez- Le » Luc 9 : 35 ;

3) A Jérusalem

Et une voix vint du ciel :
« Je l’ai glorifié, je le glorifierai encore » Jean 12 : 28 ;

Comme nous pouvons le constater par ces trois exemples, si quelqu’un est mis en avant par Dieu lui-même, personne d’autre queSON FILS. Jean 3 : 23 ;

Voici ce que Dieu nous commande, c’est que nous croyions au nom de Son Fils Jésus-christ (traduction français courant oecuménique). La Bible est formelle, Dieu ne nous demande pas de croire à autre chose.

Il en est ainsi de Jésus qui nous demande de ne croire qu’en Lui et en Dieu Son Père. Jean 14 : 1 ;

CROYEZ EN DIEU ET CROYEZ EN MOI

Confirmation apostolique, 1 Jean 1 : 3 ;

Marie ne s’est donc jamais convertie au Christianisme.
Tous les messages des apôtres passent sous silence le rôle que

l’Eglise catholique a voulu faire jouer à Marie.

Et cette religion idolâtre s’est détournée de Dieu et de Jésus en plaçant Marie au plus haut de leur idole alors qu’elle ne partageait pas leur idéologie.

Aucun apôtre ne dit un seul mot d’une autre personne si ce n’est que de Jésus. Et c’est au nom de tous les apôtres que Pierre confessera :

« A quel autre irions-nous si ce n’est qu’à Toi ?»
« Tu as les paroles de la vie éternelle » Jean 6 ; 68
« Tu es le Christ, le fils du Dieu vivant » Matth 16 ; 16

Et tout se résume par la phrase de Paul :
« Nous ne voulons savoir parmi nous aucune autre personne

si ce n’est que Jésus-Christ, Jésus-Christ crucifié » 1cor 2 ; 2

Bien que j’aie fait plus que ma compétence et mon savoir pour partager ces modestes pensées avec vous mes amis, je vous invite à continuer cette expérience avec votre Bible, car la vie spirituelle est un cheminement, une relation que nous tissons chaque jour avec Dieu et avec nous-même car, en réalité, c’est toute la vie qui est spirituelle.

En restant dans la Vérité, humble petit Raboin que je suis, j’établis ma vie sur des bases solides et spirituelles dans les vérités bibliques et je t’invite à te tourner vers la vérité et non vers la tradition.

Je termine cette pensée en t’embrassant, toi qui as eu la patience de me lire jusqu’au bout car, moi j’écris pour ne pas oublier.

Que Dieu vous bénisse!

Pierre Micheletti 24120 Pazayac

Tél : 05 53 50 21 10

N'oubliez pas de partager cette page sur les réseaux sociaux :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Abonnez-vous !
Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.