LAÏCITÉ & SPIRITUALITÉ

Par un triste, mortel, misérable et lugubre calme plat de ce matin de malchanceux, de poissard, la voiture s’arrête sur ce parking et la puce(mère de Piter avec son visage pâle) de l’intérieur de la voiture lance un cri : Descendez ! Sinaïou, qui est à genoux sur le siège avant de la voiture, ouvre de grands yeux en regardant les trois lascars assis comme des condamnés sur le siège arrière de la voiture ; ils sont semblables à des innocents que l’on conduit à l’échafaud, eux qui auraient sûrement tout fait : mais pas enfant de cœur je pense ! Ils sont même résignés à subir leur sort. Alors, le regard flou et sans un mot ils posent pied à terre, tout tremblants et sans plus aucune force, vidés, ils sont vidés. A ce moment-là, ils ont à peine deux de tension à eux trois. Ils sont tous les trois avec la mort dans l’âme ! Sûrement abandonnés de tous pour se retrouver là ? Dans cette situation désespérée, même impensable.

Même leur complice et copain : le vieux Papou n’a rien fait pour empêcher cette grande tribulation, cette catastrophe, cette épreuve, ce tourbillon mortel il n’a rien fait pour les garave (cacher) ou les protéger, ils sont seuls avec cette redoutable épreuve, cette pénitence trop méchante, on dirait même que le ciel les a abandonnés (les pauvres !)

Il y a donc : Marwin : dit Coyote, appelé aussi la sagesse ; Piteritch : dit la force, la brute et bien sûr Rizo : dit la ruse, d’où lui vient son nomRizimen = Ruser.



La scène se passe : sur le parking devant le collège Jean Moulins àBrive : ils sont là tous les trois, blancs comme des cachets d’aspirine, ces trois spécimens de la cruauté et du vice, ils se tiennent là par la main, comme des petits Raclés (enfants sédentaires) ; pour eux le moment est grave et solennel et triste à la fois. Un mauvais passage pour eux trois. Ils se sont éloignés d’à peine dix mètres de la voiture, puis ils s’arrêtent

-1-

Payazac, fin Décembre 2011

machinalement, instinctivement, ensemble. Et ils fixent tous les trois ce charmant collège, leurs yeux sont rivés dessus le bâtiment.



Marwin voit dans ce collège la représentation devant lui d’une immense tête de serpent à sonnette prêt à bondir et à piquer. C’est totalement terrifiant, suffoquant, étouffant, mortel.

Quant à Piteritch lui, en voyant ce collège, il en a plein la vue en voyant en vision des milliers de chauve-souris et des vampires volants et plein de bestioles noires volantes en tout genre, même préhistoriques et le tout à grande dent. Et tout cela s’entremêle dans tous les sens sur un fond de brouillard noir et de grande bouche ouverte et cris perçants. Donc c’est la vision de Piteritch en voyant ce charmant collège c’est trop terrible, mortel.

Vient le tour de Rizo : « ils sont toujours qu’à quelques mètres de la voiture, tous les trois ». Alors pour Rizo : lui il ne voit qu’une boule noire et rien d’autre, il cherche bien, mais il voit rien d’autre que du noir le collègec’est une boule noire. Tout noir, c’est l’impression qu’il a du collège, c’estnoir et rien d’autre « cherche pas » les ténèbres de l’enfer noir c’est aujourd’hui ce satanique collège tout noir, comme un œil au beurre noir,dans une bagarre noire, ce noir mortel qui te colle aux baskets et te tient la tête : Noir, c’est Noir !

Instinctivement, machinalement, ils s’arrêtent tous les trois ensemble et se retournent lentement comme des félins prêts à bondir, « dans la voiture assurément », mais trop tard. La puce démarre en patinant et en fumant comme une Ferrari ; elle laisse la moitié de la gomme des pneus sur le parking. Elle baisse la tête pour ne pas se retourner et fonce comme un bolide, poursuivi par les glistées (la police).
Sinaïou : qui est toujours à genoux sur le siège avant de la voiture, leur fait un doigt d’honneur par la fenêtre ! Alors là, encore plus choquant, plus déshonorant pour eux, ces caïds. Entre les dents, ils disent qu’il ne perd rien pour attendre à la sortie.

-2-

Alors obligé de faire face à cette malédiction d’épreuve scolaire quand il se retourne, sans même un gramme de vitamine, la voix de l’enseignantRaphaël se fait entendre : « Par ici les garçons ! ». En ce moment précis, c’est sûrement pas de Raphaël qu’ils raffolent, ils donneraient même pas bien cher de sa peau à ce dino gadgeaux. Les voilà tous les trois conduits dans la salle de cours qui est pour eux sûrement une salle de torture.

Directement ils se dirigent au fond près du radiateur et de la fenêtre…Raphaël imagine de suite qu’ils sont tous les trois remplisd’humilité. Non, c’est simplement qu’ils veulent être ensemble pour mieux copier et près du radiateur pour la chaleur comme des hérissons en hiver et aussi près de la fenêtre plein sud, pour mieux voir le dehors et bien se relaxer, se détendre comme des lézards au soleil et les rayons du soleil, çà fait mieux rêver « au camion avec la caravane quand il monte une côte » et toutes ces familles en mission qui arrivent dans un village et le vieux Papouqui dresse ses chevaux ou à tous ces hommes qui viennent poser desquestions Bibliques près d’un feu de bois au vieux Papou.



Brusquement leurs bourreaux demandent de quoi ils vont parler.Piteritch répond : « Tu dois bien le savoir, c’est toi le chef. N’importe comment çà ne nous intéresse pas. La Mathématique ? Tu crois que l’on en a besoin des mathématiques pour rempailler une chaise plus tard ?Répondra Piteritch.
L’autre jour : répond Rizo, le Papou a donné à manger à un homme, qui n’avait pas un sou en poche et trouvait pas de travail, il était jeté sur letrimard ! Et il était professeur de Mathématiques et il avait tous ses diplômes que pour se torcher le cul !

Bon, Bon, dira le brave maître d’école : on va parler de la géographie. « Arrête, lâche-nous un peu, dira Marwin, tu nous gonfles la tête avec tes livres alors que nous, on ne connaît pas les livres, mais on connaît les villes et les pays. Avec nos familles on est passé dans toutes ces villes marquées sur ton livre, on a fait des missions dans toute la France et on a même prié dans tous les départements français. Toi, tu connais ton livre, nous on

-3-

connaît la France entière ! Bon, alors de quoi allons-nous parler, dira cebrave instituteur, car comme vous le savez, sûrement dans quelques temps, vous ne pourrez rien faire si vous ne savez pas lire. Exemple sur les autoroutes ou pour votre commerce, c’est capital que vous étudiez un peu pour faire face à la vie moderne qui arrive.

Alors là Rizo : l’intellectuel philosophe du cours préparatoire, qui est sorti diplômé de la médaille des cancres de Pazayac City, car il est quand même entré à 3 ans au cours préparatoire et est sorti à 12 ans ! Mais il est toujours resté fidèle toujours à la même classe, toujours cours préparatoire ! Un éternel habitué, même que son banc et son bureau sentaient son odeur. Donc ce passionné de littérature, en rêve, prend la parole et dit : « Alors, comment tu expliques que mon Papou, ce vieux Bohémien de circassien, n’a jamais été allé à l’école parce qu’il partait tous les jours d’une place et qu’il a pu écrire 3 livres et 50 études Bibliques sans compter les notes ? Gadgeaux ! Je crois que la connaissance enfle mais que l’Esprit vivifie. Nous, les enfants des gens du voyage, on n’a pas de connaissances littéraires mais on a de l’intelligence ? Pour vouloir nous enseigner à nous, enfants de ce peuple errant et vagabond et surtout énigmatique, il faut associer dans l’enseignement humain laïque une base de spiritualité, car cette minorité de rejetés, de méprisés, a un seul refuge ou une seule confiance c’est en Dieu. Il est notre divin enseignant et cespeuples nomades, même à leur naissance, je crois qu’ils sont croyants, donc ils sont à cent pour cent croyants, petits ou vieux.

Raphaël, ce brave enseignant, prend la parole et dit : « Mais il y a un temps pour toute chose et là, c’est le moment de la laïcité pour faire plus tard votre place dans la société ou pour votre insertion à la société » dira donc Raphaël, de l’équipe enseignante du dispositif d’accueil et d’insertion des adolescents en difficulté scolaire des gens du voyage du pays de Brive-la-Gaillarde, la D.A.A.V. et il faut reconnaître qu’ils font un travail exemplaire pour l’insertion et la remise à niveau scolaire.

-4-

Rizo (pas crâneur avec ses grandes oreilles et avec ses yeux globuleux) répond : je vais te dire qu’il n’y a pas que les gens du voyage qui sont spirituels.
Ecoute ! Sur une tombe, un mémorial à Saint Hélène, une île Napoléon 1era fait écrire : « Alexandre, César, Charlemagne, moi-même, nous avons fondé des empires. Mais sur quoi avons-nous fait reposer notre pouvoir ? Sur la guerre, sur la force, tandis que Jésus-Christ n’a fait reposer son empire que sur l’amour. L’union qui unit Jésus-Christ à ses rachetés est plus sacrée, plus impérieux que n’importe quelle union, tous ceux qui vivent réellement en lui ressentent cet amour surnaturel, ils aiment quelqu’un qu’ils n’ont pas vu, c’est un fait inexplicable à la raison humaine…Voilà ce que j’admire par-dessus tout, moi Napoléon plus j’y pense, plus je suis absolument persuadé de la divinité du Christ. »

Signé : Napoléon.

Un ancien président des États-Unis a écrit : « La Bible est bien l’un des livres les plus étonnants du monde ; chaque fois qu’on l’ouvre, et que des passages familiers qu’on a lu des vingtaines de fois resplendissent d’un état nouveau et nous donnent une joie nouvelle pour une connaissance éternelle. »

Signé : T.W. Wilson, Président des Amériques.

Le fondateur de la Croix Rouge a aussi écrit : « Nous voulons avec le secours de Dieu, proclamer toujours plus haut et plus ferme les grandes vérités évangéliques et à savoir la divine autorité de toute la parole de Dieu dans la Bible. »

Signé : Henri Dunant, fondateur de la Croix Rouge.

Un petit vieux Bohémien, du pays de Brive la Gaillarde (19) a aussi écrit : « Tous ces livres dans la Bible sont écrits par des hommes inspirés et conduits par Dieu lui-même, afin que chaque personne sans distinction de classe ou de race puisse le connaître, Dieu comprendre croire et être sauvé ! Sachez que le livre le plus populaire et le plus éternel c’est la Bible. Donc vous les jeunes dans les villes ou terrains désignés, apprenez à lire comme il faut et ensemencez, distribuez dans

-5-

les terrains désignés, dans vos familles, une Bible par famille, pour que eux aussi soient éclairés et enseignés sur l’amour de Dieu pour eux. »

Signé : Pierrot de Brive (le Romanitchel)

Dieu dira aussi dans la Bible : mon peuple se meurt, manque de connaissance, alors étudie bien.

Papou

Si tu veux en lire d’autres notes de ce vieux Bohémien Blog : « Etudes Bibliques »http://pierrotdebrive.word.press.com

page7image658776160page7image658776416

-6-

Pierre Micheletti Le Javanel 24120 Pazayac : 05.53.50.21.10

N'oubliez pas de partager cette page sur les réseaux sociaux :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Abonnez-vous !
Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.