LES DOCKRAVEURS

Mes bons frères tziganes : nous voilà, face à cette nouvelle année – 2015 – qui se présente à nous, ou s’impose encore à nous, toute une année ?

Si on n’a pas glissé : entre temps dans un autre monde, que l’on aura bien choisi, de notre vivant, car après que la vie est partie du corps, plus de choix à faire, plus de marche arrière, « où l’arbre tombe il reste ».
Et quand c’est l’heure, c’est bien l’heure : « La mort n’attend pas », la mort n’admet pas de remplaçant

quand c’est ton tour, c’est bien le tien, tu ne pourras même jamais y aller à ce rendez-vous pour remplacer un autre, c’est bien toi seul qui se trouvera face à l’éternité, avec ou sans Dieu. C’est pour cela que je te dirais qu’il est plus tard que tu ne penses pour toi.

Car on ne saura jamais combien de temps qu’il nous reste encore à vivre, demain ne nous appartient pas : la vie est la chose la plus incertaine, la mort la chose la plus certaine.

Cette année est donc là, devant nous avec ses 365 jours, et avec sûrement toutes ses joies ou toutes ses peines ou ses incertitudes, même pour notre santé, même économique, incertitude, même avec cette montée des extrémistes religieux, terroristes, fanatiques que les politiques font mine de ne pas voir pour mieux vendre leurs armes, qu’ils vont tourner contre nous un jour prochain, dans l’espoir de nous islamiser à tous.

Sans aussi oublier la nature : qui se déchaîne et ne se contrôle même plus d’elle-même et je parle même pas de tous ces politiques menteurs et corrompus qui sont à l’image de ce monde en faillite moderne où nous allons, la tête la première baissée année après année, sans aucun résultat, mais de pire en pire, de faillites en faillites, de mensonges en mensonges.

Janvier 2015

-1-

Mais je dirai comme : je l’ai déjà dit ou écrit l’an passé, que quand la santé va,tout va bien. On fera encore face, on ne peut pas faire autrement !

Nadhara

Bohémien, homme de peu que je suis : peut-être même un peu insouciant, vivant le jour le jour, attendant qu’un jour pousse l’autre, et c’est bien normal vu mon âge avancé et le surnom qu’ils m’ont donné « Le Job des Temps Modernes », alors avec un surnom comme cela, pensez que j’ai du en passer des épreuves et des chagrins. Alors, c’est pas cette nouvelle année qui va m’impressionner ou m’inquiéter, vu tous ces mauvais passages et toutes ces embûches qui sont mises au travers de ma route que j’ai laissées derrière moi, sans jamais tourner la tête ou me retourner et sans regret, pour aller envers et contre tous, toujours de l’avant, toujoursplus loin où les routes pouvaient m’emmener. J’ai toujours suivi ma route de voyageurs.

Maintenant : va savoir où on va, mon bon frère, que nous réserve encore cette année incertaine, pleine de surprise et de tragédie ?

Je réalise maintenant, même bien trop souvent, que je suis obligé de me chercher quelques larmes solitaires oubliés dans un coin de mon esprit pour pleurer car je suis maintenant à sec de larmes, tout comme une terre desséchée dans un désert, d’une vie d’errance et de pleurs, vu que j’ai versé des torrents de larmes dans ma vie de mal-aimé, d’incompris, de rejeté, de jalousé par ma façon de vivre le jour le jour et parcette foi qui m’animait jour après jour.

Maintenant il me reste : que mon cœur pour pleurer et encore, il est bien malade le pauvre ! Alors, ce sera en silence, avec l’esprit, que je compatis, pleure à la misère des autres et sur la mienne misère personnelle de rejeté, d’abandonné dans cevillage de « Dordognards » poissards de Pazayac, où ils m’ont tous tourné le dos, car les vieux c’est dérangeant surtout sur les Routes.

-2-

Dans ma vieillesse et dans ce charmant village : « j’ai pu voir que l’enfer est tout entier dans le mot solitude » car ici même les corbeaux volent sur le dos pour pas voir ta misère.

Alors, assis inlassablement : dans ma petite caravane bien que je ne puisse plus voyager et ne pouvant rien faire contre ce temps qui passe si vite, encore plus vite qu’un Gitan, je songe, rêve à tous ces voyages, de ville en ville, de mission en mission que j’organisais dans ces terrains désignés.

Je voyage, me natchave encore Tchava ! : mais en restant sur place, assis, avec mes souvenirs pleins la tête, d’errant et de vagabond, je revois donc tous cesbaptêmes, toutes ces Âmes sauvées, l’action du Saint-Esprit.

Le confort ou la vieillesse : qui me ronge à petit feu peut tout faire pour me retenir sur place comme un petit gadjeau mais personne ne pourra encore retenir mon esprit vagabond de Tzigane, de Voyageur, tout comme je le faisais autrefois quand j’avais toute ma validité et que j’étais sur ma route.

En plus Tchavez : ils m’ont fait vendre mes chevaux et là, çà m’a marave. Mais dès que je ferme les yeux, je me les entends encore dans mon esprit, dans ma tête…galoper, trotter, à bride abattue pour tirer la caravane sur toutes ces routes deFrance, du Nord au Sud…où que le vent pouvait ou voulait bien nous pousser nous, les fils du vent au soleil plein les yeux et aux rêves pleins la tête de lendemain heureux.

On savait d’où on venait, mais jamais où on allait, tout comme le vent, tu sais d’où il vient, mais tu ne sais pas où il va tu sais seulement qu’il va aller loin en caressant les montagnes.

La Bible dira de nous : ils seront pourchassés et mal-aimés par l’ensemble dumonde sédentaire ils dépasseront les horizons, là où le soleil pourra les guider. C’est pour cela qu’ils nous ont appelé les fils du vent, il est même dit de nous, toujours dans la Bible : « ils « nous les gens du voyages » ne s’attacheront à aucune terre et aucune terre ne s’attachera à eux, ils seront errants et vagabonds sur la surface de la terre ». C’est nous les gens de la route et fiers de l’être !

Tchova : maintenant la fumée des feux de bois me revient et me pique encore les yeux, même à moitié fermés ou pleins de larmes.

Je ressens même : les grillades d’hérisson en plein nez dès que je ferme mes pauvres yeux, ridés, fatigués, pour avoir vu tant de misères et tant de merveilles.

-3-

Alors j’écris donc pour ne pas oublier ces humbles notes Bibliques et mes humbles témoignages passés, oubliés par beaucoup.

Certes, je n’ai jamais bien eu la tête pleine d’intelligence intellectuelle, mais il me reste encore de la spiritualité à partager !

Maintenant qu’il n’y a plus de feux de bois (en sentant fort je sens la fumée encore) il me reste que mes souvenirs, seuls eux ne m’ont pas abandonnés ! Et je me gonfle et pleure en moi-même.

Oui certes : qu’il me reste que le nom de Bohémien, voleur de poules, mais mon esprit a encore du vague à l’âme à revendre ou à partager. Et dans mes pauvres yeux ridés reste encore le brillant du hors la loi : au cœur rempli d’aventures et de lendemains incertains qui chantent, il nous suffisait d’un feu de bois et d’un air de guitare et quelques cantiques, et surtout accompagnés de toute la famille et de mes petits-enfants pour que nous soyons heureux nous, les rejetés, les mal-aimés, les vas nu-pieds, ces « baraquoins » marchands de « pétassous » !

Bien que faut reconnaitre : aucune joie, aucun bonheur n’est possible sans Dieu, nous devrions avant tout chercher à le reconnaitre, nous peuple énigmatique, car c’est Dieu qui donne la sagesse, la connaissance et la joie ; car avec peu tu peux être très heureux et avec beaucoup très malheureux. Mais avec Dieu et Jésus-Christ, on était heureux tous les jours, car les temps sont dans les mains deDieu, du commencement à la fin des temps.

J’ai pu voir aussi : que la souffrance et la solitude sont aussi des moments pendant lesquels je me suis formé pour être plus près de Dieu, pour le grand départ définitif, sans retour, que tu fais une seule fois.

Alors inlassablement, assis dans ma caravane, voilà mes copains, mes petits- enfants qui me posent une question en la personne de Rizo (mon petit-fils), dont je dois leur répondre directement et ne vous laissez pas à croire vous, que ce sera une noteromantique, comme les petites histoires du petit gadgeau de La Fontaine. Vous en serez étonnés, vous serez étonnés par la gravité de cette note si vous pratiquezencore ces choses là chez vous.

Papou, c’est quoi un « dockraveur » ?

-4-

Dockraveur : qui veut dire en langue romanez : « liseur des lignes de la main ; pour dire la bonne aventure ».

C’était l’un des plus vieux métiers des gens du voyage ; ils pratiquaient cela dans un intérêt seulement financier, pour donner à manger à leurs enfants, sans pour cela y mettre aucune spiritualité ou mystique sachant que c’était faux. Mais les gens, lessédentaires « gadgets » ne comprenaient pas pourquoi que l’on était si heureux en étant si pauvres, ils nous attribuaient des pouvoirs magiques ou surnaturels, surtout quand leurs volailles (poules) disparaissaient après notre départ et que leur poulailler était vidé, mais je sais pas si c’était bien magique, va savoir ?

Revenons à la question de Rizo : la Bible nous dira : « Ne vous tournez pas vers ceux qui évoquent les esprits, ni vers les divins ; ne les recherchez pas de peur de vous souiller avec eux ».

Le plus grand ennemi de la vérité, c’est les convictions, les traditions et les prédictions humaines.

Il est clair qu’un acte Religieux de prédiction est défendu par Dieu donc ne peut profiter qu’à l’ennemi de nos Âmes, le Diable.

Faut savoir nous dira le livre des chroniques que « l’occultisme c’est entrer en relation avec des démons pour bénéficier de leurs pouvoirs » 2 chroniques 33.6.
Les écritures de la Bible : nous diront aussi que la communication avec les

esprits des morts est strictement défendue par Dieu « si quelqu’un se tourne vers ceux qui évoquent les esprits des morts, je tournerai ma face contre cet homme, et je le retrancherai du milieu de son peuple » dira Dieu, Lévétique 20.6.

«Qu’on ne trouve chez toi personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de magicien, d’enchanteur ou disant la bonne aventure, personne qui interroge mes morts ou les prie » « car quiconque fait ces choses est en abomination à l’éternel » et ceux qui font ces choses là, leur nom ne sera pas inscrit dans le livre de vie dans la Jérusalem céleste : Deuteronome 18, 9/15.

Bien-aimés : « si l’on vous dit : consultez ceux qui évoquent les morts ou les invoquent et ceux qui prédisent l’avenir ou qui poussent des sifflements ou tombent à

-5-

terre » répondez-leur : « un peuple ne consulterait-il pas son Dieu vivant plutôt que de s’adresser aux morts en faveur des vivants ? » Essaie 8.12.

Dieu nous avertit à tous de ne pas nous tourner vers l’occultisme ou vers lesmédiums et autres voyants, car ce n’est pas Dieu qui est l’auteur du message qu’ils transmettent, c’est le Diable, l’ennemi de nos Âmes.

De telles personnes ne sont que des charlatans et elles sont en contact avec desesprits mauvais, diaboliques ce qui les rend donc très dangereuses ces personnes.

Nous, Chrétiens convertis : nous n’avons pas besoin de recourir aux voyants pour connaitre notre avenir avec la Bible nous disposons de toutes les informations dont nous avons besoin et la Bible est digne de foi, car elle est la parole de Dieu pour tous ceux qui la lisent avec le Saint Esprit.

L’occultisme: suscite toujours de la curiosité, surtout aujourd’hui avec leshoroscopes, même par téléphone à distance !

L’intérêt pour ces pratiques : vient souvent d’un désir de connaitre l’avenir ou même de vouloir contrôler l’avenir, mais Dieu interdit catégoriquement de faire cela, car c’est le Domaine de Satan, l’ennemi de nos Âmes.

Dans la parole de Dieu, la Bible : Dieu nous révèle à nous Chrétiens tout ce que nous devons connaitre de l’avenir qui est déjà tracé.

Alors que venant des médiums, ça vient de Satan : et l’information a toutes les chances d’être déformée et totalement fausse et belle en apparence pour te faire continuer dans cette voie mystique.

Le Saint-Esprit nous guide par la Bible: pour obtenir les informations nécessaires dont nous avons besoin, nous Chrétiens convertis et baptisés du Baptême adulte.

Ces réponses que je vous note : nous sont données par l’Ancien Testament, mais que nous dit le Saint-Esprit de Dieu, à nous Chrétien converti « l’esprit saint dit : que dans les derniers temps quelques uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons et à de faux docteurs portant la marque du monde dans leurs propre conscience » 1 Timothée 4.1 : la foi rend présent l’avenir et visible l’invisible.

« Le Diable ne parle pas, il influence, il suscite et fait parler les autres »

-6-

Timothée dira même un peu plus loin dans 1.Timothée 5.22 : « N’impose les mains à personne avec précipitation », regarde, contrôle le demandeur qui est en face de toi, « si c’est pas un Chrétien, il peut être un esprit de Démon ».

Frères et sœurs convertis : ce vieux Romanitchel qui a été sauvé pour servir et pour enseigner : te notera pour te prévenir à toi et à mes petits-enfants, que c’est seulement la Bible, la parole de Dieu et non pas les morts qui vous révèle la vérité.

Rappelez-vous de la lecture de Luc sur l’homme riche : je me permets de vous la rappeler. « Le riche dit : je te prie donc Abraham, d’envoyer Lazare (le pauvre) dans la maison de mon père, car j’ai cinq frères, c’est pour que Lazare leur atteste ces choses afin qu’ils ne viennent pas aussi dans ce lieu de tourments ». Abrahamrépondit :ils ont Moïse et les prophètes, qu’ils les écoutent ; alors le Riche répondit :Non, Abraham. Mais si quelqu’un des morts va vers eux, ils se repentiront peut-être ?Abraham lui répondit : s’ils n’écoutent pas les prophètes et les serviteurs ou lesenseignements de la Bible : qui est propulsé sur la terre des vivants par le Saint- Esprit, tes frères ne se laisseront pas persuader, quand même quelqu’un des mortsviendra vers eux. Luc, Chp. 16, Verset 27.

Ecoutez encore les paroles de Paul: «Or les œuvres de la chair sont manifestées ; ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les rivalités, les querelles, les jalousies, les disputes, les divisions, les sectes et les choses semblables. Je vous le dis d’avance que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront pas le royaume de Dieu : Galates 5.20. Et se retrouveront dans ce lieu de tourment et ne pourront plus en sortir.

Attention à ceux : qui disent avoir accès au royaume des morts ou invoquer les esprits en faisant bouger les tables ou autres choses. A tous les coups leur esprit est sûrement mauvais. Alors, ne partage rien avec ces gens-là, méfie toi plutôt d’eux, tout comme ces guérisseurs ou « certains » amènent leurs enfants pour les dents ou les brûlures.

-7-

Les morts : il faut les laisser reposer en paix sans les déranger pour quoi que ce soit, il y a entre eux et nous un abîme.

Mais je dois reconnaitre que j’ai rencontré sur le chemin de ma vie d’errant et de vagabond des gens du voyage inconvertis, à la foi chrétienne, gens qui sont encore restés sous la domination des idoles et des Rachaïls qui pratiquaient la magie ou les lignes de la main. Ces gens là, malheureusement, ils ne savent pas ce qu’ils font et le risque qu’ils prennent pour l’éternité, car ils font le jeu du Diable sans le savoir,leur esprit est toujours embrumé, troublé par le Diable.

Alors Bien-aimés : entre le passé qui n’est plus et l’année à venir qui n’est pas encore passée, seul l’instant présent compte pour le Chrétien converti.

Bien que le temps présent nous glisse entre les doigts, on peut rien faire pour arrêter le temps qui passe si vite.

Mais il y a un espoir certain pour nous autres, Chrétiens convertis, qui nous soutient et nous console de toutes nos misères passées c’est que le temps qui nous reste encore à vivre est dans la main de notre Dieu vivant et cela selon sa parole qui est la Bible.

Dieu garde nos bienfaits passés : seuls nos péchés sont effacés et pardonnés par le sang du Christ au calvaire.

L’espérance va au-delà de la mort, qui est pourtant certaine.

Alors notre avenir est assuré à nous, Chrétiens par le retour de notre maître etsauveur Jésus.

Car rien : ne saurait nous séparer de l’amour qu’il nous a fait connaitre à nous qui ne méritions rien, les mal-aimés du monde.
Il est avec nous, Jésus-Christ, tous les jours, jusqu’à la fin des temps et cela grâce à son divin amour éternel.

La foi est le grand principe de la vie chrétienne, du commencement à la fin.

Alors l’heure qui fuit devient espoir et certitude pour tout Chrétien converti, car il nous prépare une place.

Notre Sauveur Jésus-Christ : détient les clés de notre destinée : puisqu’il vit et puisqu’il revient pour chercher son Eglise qui lui sera restée fidèle pour les emmener avec lui dans la Jérusalem céleste, pour l’Eternité.

-8-

« Celui qui n’est pas avec moi, dira Jésus-Christ, est contre moi et celui qui n’assemble pas avec moi disperse ». Luc 11.14.

Je vous dira un secret, moi pauvre vieux Pierrot de Brive : « par la grâce deDieu, mon seul désir est de n’être rien d’autre que pauvre, comme je l’ai été autrefois sur les routes et les chemins, n’ayant rien, mangeant un jour sur deux, ni même d’argent à la banque terrestre je voudrais être seulement un miséricordieux misérable nomade, mendiant la grâce du Christ Sauveur, s’attendant comme avant, jour après jour, à la grâce de Dieu.

David : dans le Psaume 37.16 dira : j’ai été jeune, puis j’ai vieilli, mais je n’ai pas vu le juste abandonné, ni sa postérité mendiant son pain, toujours il est compatissant et il prête, et sa postérité est bénie au juste.

Toi Chrétien : détourne-toi du mal, fait le bien et possède à jamais ta demeureEternelle.

Mais la postérité : des méchants est retranchée.
Les justes : possèderont le pays éternel et ils y demeureront à jamais avec Dieu.La bouche du juste annonce la sagesse et sa langue proclame la justice « la

loi de son Dieu est dans son esprit ».

Mieux vaut le peu de juste que l’abondance de beaucoup de méchants, car les bras des méchants seront brisés, mais l’éternel Dieu soutient les justes.

Mieux vaut un acte de la plus petite foi que les raisonnements les plus élevés des Hommes.

Le vieux Romanitchel de Papou vous dira : « que si tu as souffert avec lui (Jésus), vous règnerez avec lui dans les cieux » – et c’est l’apôtre Jacques qui dira :« quand un juste prie, sa prière a une grande efficacité » Jacques 5.16.

En réalité : maintenant pour moi vieux Bohémien à la barbe blanche, il y a presque plus rien devant moi, tout est resté derrière moi et difficile de marcher en arrière mais je vais donc de l’avant comme un juste, mais ce chemin est long, surtout avec le poids de ces années qui pèsent le poids de la mort à venir, mais la consolation c’est l’arrivée qui compte, moi qui ai été toute ma vie pourchassé de ville en ville. Etc’est par cette espérance de l’arrivée qui alimente jour après jour toute ma vie.

-9-

Alors je suis ma route : guidé par mon maître et Sauveur Jésus-Christ dans l’espoir ferme de voir au bout de ma route ce pays où coulent le lait et le miel, laJérusalem céleste où tous ceux qui m’ont devancé m’attendent et m’ont préparé une petite place et quelques miettes du festin royal me suffiront. J’en demande pas plus, ce sera même trop bien pour moi.

Alors, je vais terminer : les yeux encore gonflés de larmes et la tête pleine de souvenirs, si tu es sur la même route que moi, attends-moi un peu pour me donner la main et ensemble on en trouvera bien d’autres gens à emmener avec nous et sur la route nous chanterons ensemble ce cantique nouveau.

Que Dieu nous bénisse à tous.

page11image4221029952

Si tu veux en lire d’autres notes de ce vieux Bohémien Blog : « Etudes Bibliques » du vieux Romanitchelhttp://pierrotdebrive.amosi.fr

Papou

Pierre Micheletti Le Javanel 24120 Pazayac

TEL : 05.53.50.21.10

page11image4221048032

– 10 –

N'oubliez pas de partager cette page sur les réseaux sociaux :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Abonnez-vous !
Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.